MÊME CHEZ VOUS, AVEC MISSION ENFANCE, VOUS POUVEZ SAUVER DES VIES !

Urgence Coronavirus

 

Les effets dévastateurs du coronavirus dans le monde nous amènent à reporter nos missions éducatives pour nous orienter vers des distributions de vivres aux familles.

Nous avons suspendu l’intégralité de nos constructions d'écoles et fermé nos centres d’accueil, nos ludothèques et nos centres éducatifs de façon à ne mettre en péril ni les enfants, ni leurs familles, ni nos équipes. 

Sur nos différents terrains, notamment au Burkina Faso, au Liban, en Arménie, en Colombie, en Afghanistan, au Laos, en Ethiopie, en Syrie, la vie s’annonce très précaire. Les mesures de confinement décrétées par les gouvernants, calquées sur celles de l’Europe, ne sont pas adaptées aux conditions de vie et à la culture de ces pays. 

Tous vivent ce confinement avec la peur de ne plus être capables de pourvoir à leurs besoins primaires : 

● Comment faire des stocks alimentaires et ne plus se ravitailler sur les marchés quotidiennement quand on a si peu d’électricité comme au Burkina Faso ?

● Comment payer sa nourriture quand les banques, quasiment toutes fermées, ne permettent le retrait que de quelques livres libanaises par semaine comme au Liban où les importations ont quasiment cessé ?

● Comment s’alimenter quand les prix ont été multipliés par cinq comme au Laos ? Le gingembre, base de la nourriture des Lao, depuis qu’il a été fortement recommandé par les chinois pour combattre le Corona, a vu son prix au kilo passer de 4.000 à 25.000 kips en 24H et il en va de même de tous les autres produits… De même une « injonction médicale » (sans doute lancée par les éleveurs d’ovins...) a eu un effet dévastateur sur les Lao : « pour guérir, mangez des oeufs durs avant la tombée de la nuit !». Les oeufs sont devenus inabordables et introuvables et la nuit est tombée... Les perles succèdent aux perles, et cela pourrait sembler comique si tant de vies n’étaient pas en danger… 

Le confinement suspend la vie économique. Dans ces pays, vos ressources familiales s’arrêtent dès l’interruption de votre travail. Pas de chômage, pas de sécurité sociale. Vous êtes face au vide sidéral. Il ne vous reste plus qu'à sauter dans la misère. Et si, par malheur, vous êtes gravement contaminés, les 11 appareils respiratoires du Burkina Faso, par exemple, ne vous seront pas d’un grand secours… Ce pays, d’ailleurs, subit une triple peine : les djihadistes, le Coronavirus aujourd’hui et peut-être, si les humanitaires ne le soutiennent pas, la famine demain… 

Mission Enfance a mis en place un programme de distributions de colis alimentaires à distance, livrés par des supermarchés, devant les pas de porte des personnes âgées et des familles avec enfants à Erevan, en Arménie. Aucun contact physique n’est établi entre notre équipe et les bénéficiaires de notre soutien. Les commandes sont effectuées par téléphone et livrées aux bénéficiaires. Le tout réglé par la carte de crédit de notre coordinatrice. Chaque jour, nous livrons à nos bénéficiaires un colis pour tenir un mois s’ils sont isolés, ou une semaine, s’ils sont en famille. Toutes les distributions sont contrôlées par notre coordinatrice.

Au Laos, nous distribuons des sacs de riz et de l’argent pour que nos ouvriers et leurs familles puissent tenir le temps du confinement. 

En Ethiopie, des distributions de produits d’hygiène ont lieu autour de notre centre d’éveil d’Assayta. 

Sur nos autres terrains, nous sommes en train d’évaluer la faisabilité d’une action d’urgence. Nous sommes contraints d’agir avec des méthodes inédites et quasi fantomatiques...

Des enfants attendent aussi d’être parrainés, comme au Liban, en Arménie, au Burkina Faso et au Vietnam… Ne les abandonnons pas ! Même si nos centres et les écoles sont actuellement fermés, ce soutien leur permettra de reprendre leur scolarité et d’être nourris dans leurs centres d’accueil qui prendront le relais sur les parents démunis à l’issue de ce confinement généralisé. Pour sauver dès maintenant leurs enfants, cliquez sur notre page parrainage

Oui, restez chez vous, mais sortez de vous-mêmes et sauvez des vies ! Au nom de tous ceux qui sont à l’hôpital, de tous ceux qui les soignent, sans oublier ceux qui nous ravitaillent. 


Bon courage à tous,

Amicalement,

Domitille Lagourgue
Directrice de Mission Enfance

Souscrire à notre newsletter